Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • P'tit Bob
  • Une vie sucrée-salée pour chasser l'amer.
 Un pont entre la France et la Tunisie, pour chasser la mer.
 La recette d'un plat saupoudré d'amour.
 Merci la Vie.
  • Une vie sucrée-salée pour chasser l'amer. Un pont entre la France et la Tunisie, pour chasser la mer. La recette d'un plat saupoudré d'amour. Merci la Vie.

"Bienvenue sur Maktoub"

Menzel Jemil, mon blog

SL380075 (2)Cliquez sur l'image pour y accéder

<a title="mytaste.tn" href="http://www.mytaste.tn/" id="hr-UgYSY"><img src="http://widget.mytaste.tn/blogcounter/image?image=blue_s&blog_id=UgYSY" alt="mytaste.tn" border="0" /></a>

      Cliquer sur les images ci-dessous

     pour accéder aux sites

 

GRAINES D'AVENIR

L'association de Véronique Jannot

pour les enfants tibétains en exil 

   548318 10150982186278662 299420056 n

   A S M A E  

  Association Soeur Emmanuelle

 
 

Oscar

Cookie

4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 19:24

Ceci s'est passé il y a vingt ans, quand j'étais chauffeur de taxi.

Quand je suis arrivé à 2 h 30 du matin sur le lieu où j'étais appelé, le bâtiment était sombre excepté une petite lumière allumée à la fenêtre du rez-de-chaussée.

Dans de telles circonstances, beaucoup de chauffeurs auraient simplement klaxonné une ou deux fois, attendu une minute, puis seraient repartis. Mais j'avais vu trop de pauvres gens qui dépendaient des taxis comme de leur seul moyen de locomotion.

A moins de pressentir un danger, j'allais toujours à la porte. Ce passager pouvait être quelqu'un qui avait besoin de mon aide, me raisonnais-je.


Taxi.jpgJ'ai donc marché jusqu'à la porte et j'ai frappé. "Attendez une minute", répondit une voix frêle et âgée. J'entendais qu'on traînait quelque chose à travers la pièce.

Après un long moment, la porte s'ouvrit. Une petite femme d'environ 80 ans se tenait devant moi. Elle était habillée d'une robe imprimée et portait un chapeau à voilette ; elle ressemblait à une personne qui sortait d'un film des années 40. A côté d'elle se trouvait une petite valise en nylon.


L'appartement donnait l'impression que personne n'y avait vécu depuis des années. Tous les meubles étaient couverts de draps. Il n'y avait pas de pendule accrochée au mur, ni aucune babiole ou ustensile sur les étagères. Un carton rempli de photos et de verreries se trouvait dans le coin.

"Voudriez-vous porter mon sac s'il vous plait ?" demanda la dame. Je portai la valise jusqu'à la voiture puis retournai pour aider la femme. Elle prit mon bras et nous marchâmes lentement vers le taxi. Elle ne cessait de me remercier pour ma gentillesse.


"Ce n'est rien", lui dis-je. " J'essaie juste de traiter mes passagers comme je voudrais qu'on traite ma mère."

"Oh ! Vous êtes un si gentil garçon !", dit-elle.


Après nous être installés dans le taxi, elle me donna une adresse puis demanda : "Pourriez-vous passer par le centre ville ?".

"Ce n'est pas le chemin le plus court !" lui répondis-je rapidement.

"Oh ! Ca m'est égal" dit-elle. "Je ne suis pas pressée. Je suis en route pour l'hospice."

Je regardai dans mon rétroviseur. Ses yeux brillaient. "Je n'ai plus de famille" ajouta-t-elle. "Le docteur a dit que je n'en avais plus pour très longtemps."

J'ai discrètement éteint le compteur. "Quelle route voulez-vous que je prenne ?" lui demandai-je.

Durant les deux heures qui suivirent, nous avons roulé à travers la ville. Elle m'a montré l'immeuble où elle avait travaillé comme opératrice d'ascenseur. Nous roulâmes dans le quartier où elle et son mari avaient vécu quand ils étaient jeunes mariés. Elle me demanda de m'arrêter devant un entrepôt de meubles qui, à une époque, avait été une salle de bal où elle allait danser quand elle était jeune.

Parfois, elle me demandait de ralentir devant un bâtiment où à un endroit en particulier et elle observait, le regard fixe, sans dire un mot.


Alors que le premier rayon de soleil apparaissait à l'horizon, elle dit soudain : "Je suis fatiguée. Allons-y maintenant."

7735866279_une-pensionnaire-d-une-maison-de-retraite.jpg
Nous roulâmes en silence à l'adresse qu'elle m'avait donnée.


C'était un modeste bâtiment, comme une petite maison de retraite, avec une allée qui passait sous un portique. Dès que nous nous arrêtâmes, deux infirmières vinrent vers le taxi. Elles étaient pleines de sollicitudes, attentives à chacun des mouvements de ma passagère. Elle devait être attendue.

J'ouvris le coffre et portai la petite valise jusqu'à la porte. La dame était déjà assise dans une chaise roulante.


"Combien vous dois-je ?" demanda-t-elle tout en sortant son porte-monnaie.

"Rien" lui répondis-je.


"Vous devez gagner votre vie" me dit-elle.

"Il y a d'autres clients" répondis-je. Sans presque y penser, je me penchai vers elle et l'entourai de mes bras.

Elle me serra fermement.

"Vous avez donné à une femme âgée un instant de joie" dit-elle. "Merci."

Je serrai sa main puis marchai dans la faible clarté du matin.

Derrière moi, une porte se ferma. C'était le son d'une vie qui se terminait. Je n'ai pas pris d'autres clients. Je conduisais sans but, perdu dans mes pensées. Pour le reste de la journée, je pouvais difficilement parler. Que se serait-il passé si cette femme était tombée sur un chauffeur en colère, où sur quelqu'un d'impatient de finir son travail ? Et si j'avais refusé de prendre cette course, où avais klaxonné une fois et étais parti ?

En y pensant rapidement, je ne pense pas avoir fait quelque chose de plus important dans ma vie. Nous sommes conditionnés à penser que notre vie tourne autour de grands événements. Mais les grands moments nous prennent souvent par surprise – joliment enveloppés dans ce que d'autres pourraient considérer comme petits.

SL383393 GF

Les gens peuvent ne pas se souvenir exactement de ce que vous avez fait ou de ce que vous avez dit mais ils se souviendront toujours de ce que vous leur avez fait ressentir.

 

Auteur inconnu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MartineEtoile 13/03/2012 01:44

un seul mot MAGNIFIQUE mon ROBERT merci.
gros bisous

MartineEtoile

P'tit Bob 01/05/2012 22:16



J'ai trouvé cela très beau aussi. Et tellement vrai.



Smir@ni 10/03/2012 21:04

Bonsoir,

Je reste sans voix et toute frissonnante d'émotions après la lecture de ce récit. Le geste de ce chauffeur de taxi est grand. Pourtant, ce geste pourrait sembler simple, naturel, normal... mais
dans le monde qui est le nôtre aujourd'hui, un tel geste pourrait paraitre rare, singulier, voire bizarre... Merci à cet auteur inconnu et merci P'tit Bob de nous avoir fait partager ce joli
moment. @micalement, CS

P'tit Bob 01/05/2012 22:19



Et oui. Les choses et les gestes les plus simples apportent très souvent beaucoup plus qu'on ne le pense quand ils sont sincères et désintéressés. C'est à la portée
de tous et c'est gratuit. Il suffit d'ouvrir son coeur en silence pour que l'autre l'entende et s'en souvienne. Alors pourquoi ne le faisons nous pas plus souvent ? Merci CS .