Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • P'tit Bob
  • Une vie sucrée-salée pour chasser l'amer.
 Un pont entre la France et la Tunisie, pour chasser la mer.
 La recette d'un plat saupoudré d'amour.
 Merci la Vie.
  • Une vie sucrée-salée pour chasser l'amer. Un pont entre la France et la Tunisie, pour chasser la mer. La recette d'un plat saupoudré d'amour. Merci la Vie.

"Bienvenue sur Maktoub"

Menzel Jemil, mon blog

SL380075 (2)Cliquez sur l'image pour y accéder

<a title="mytaste.tn" href="http://www.mytaste.tn/" id="hr-UgYSY"><img src="http://widget.mytaste.tn/blogcounter/image?image=blue_s&blog_id=UgYSY" alt="mytaste.tn" border="0" /></a>

      Cliquer sur les images ci-dessous

     pour accéder aux sites

 

GRAINES D'AVENIR

L'association de Véronique Jannot

pour les enfants tibétains en exil 

   548318 10150982186278662 299420056 n

   A S M A E  

  Association Soeur Emmanuelle

 
 

Oscar

Cookie

7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 17:48
MON COUP DE COEUR DU JOUR :
affiche-zarafa
Je ne connaissais pas ce film d'animation.
 
En allumant la télé, ce matin, je me suis laissé captiver par les aventures de Maki, jeune enfant noir, et de Zarafa, le girafon.
 
Le trait des personnages, le détail des paysages sont vraiment très beaux et à la hauteur de cette histoire qui nous emmène du Soudan, en Afrique, jusqu'à Paris en passant par Alexandrie et Marseille.
 
Si vous aimez les dessins animés et les belles histoires, je vous le conseille vraiment.
 
Pour réveiller aussi l'enfant qui sommeille en vous.
 
    LA BANDE ANNONCE : 
 
"ZARAFA" film d'animation créé par Rémi Bezançon et Jean Christophe Lie, sorti en février 2012. (durée : 1h20)
Histoire librement inspirée de l'arrivée de la première girafe en France.
  19869317_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg19840127_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg19869322_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
  19665597_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg19840124_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg19869318_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg19840110_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Repost 0
Published by P'tit Bob - dans Films
commenter cet article
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 18:38

On lit et l'on entend un peu de partout que ce film est très bien. Les compliments et les critiques positives fusent à la fois des professionnels du cinéma et du public. Alors je me méfiais un peu car souvent on s'attend à un chef d'oeuvre et on en ressort un peu déçu.

Malgrè tout, je suis allé voir "INTOUCHABLES", un film d'Eric Toledano et Olivier Nakache.

affiche-intouchables.jpeg

 Et je n'ai pas été déçu. Loin de là. Les critiques sont justifiées. C'est un film magique.

Magique parce, dans une simplicité déconcertante, nous pleurons... de rire. Pourtant le sujet n'est pas drôle en soi. Et à travers nos rires, simultanément, l'émotion nous prend aussi. Un sentiment étrange mais tellement agréable et fort.

19793374_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110809_012401.jpeg

L'histoire est celle d'une rencontre. La rencontre de deux hommes que tout semble séparer. Le milieu social et culturel, la couleur de peau, la façon de s'exprimer...

Driss vit en banlieue, cette banlieue dont on nous montre que le négatif...

Philippe vit dans un milieu de bourgeoisie et d'aisance financière dont on nous montre que le positif...

Ce qui va les faire se rencontrer est l'état de santé de Philippe qui, à la suite d'un accident, vit dans un fauteuil roulant.

Les-intouchables-20-2-.jpeg

Driss va ensoleillé la vie de Philippe par son naturel, son humour et son franc-parler.

En s'abandonnant dans la confiance envers lui, Philppe va ouvrir plusieurs portes, jusque là fermée, de la vie de Driss...

Leur vie à chacun alors va changer. 

 large 569961

Je ne crois pas au hasard.

Je ne crois pas que tous les jeunes issus des cités soient des incapables.

Je crois que chaque évènement de la vie qui peut sembler négatif peut être une porte vers le bonheur.

Je crois à la chance qui est offerte à chacun et qu'il nous appartient de la saisir.

Je crois à la tolérence, à la positivité et à l'ouverture d'esprit.

Je crois à la force des échanges et du partages des différences.

Je crois en la force de l'humour.

Je crois en la force de l'amour.

 

Il y a tout cela dans ce film. Tout ce que j'aime.Alors focément, je l'ai beaucoup aimé.

_intouchables-omar-sy_m.jpeg

Côté cinématographique, encore une fois, François Cluzet est au-delà des mots. Ses yeux, son corps, sa peau font passer les sentiments, les douleurs et les plaisirs. Il joue avec son âme. Il nous prouve encore une fois ici qu'il est un très grand acteur.

Et il y a la révélation dont tout le monde parle à juste titre : Omar Sy. Que dire ? Il est surprenant tout en gardant à la fois, derrière une indéniable sensibilité, cet humour qui le caractérise. C'est un grand acteur aussi. On reparlera de lui, c'est certain. Et ce qui m'a surpris, c'est la façon dont il capte la lumière et passe extraordinairement bien sur le grand écran. 

Le senario et les dialogues aussi sont forts, justes et nous emmenent, je l'ai déjà dit, entre larmes d'émotion et larmes de rires. photo intouchables

Alors vous pouvez écouter les critiques, vous pouvez écouter vos amis qui ont vu ce film, mais allez voir "Intouchables" pour ressentir l'émotion et pour les cascades de rires qui s'enchainent. Et capter le message social et humain qui se cache derrière tout cela.

1493236 10857416-intouchables-20111027-cin01

 

La bande annonce :

 Premiere-seance-du-2-novembre-Intouchables-porte-bien-son-t.png

Repost 0
Published by P'tit Bob - dans Films
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 21:49

SL380919---Copie_GF.jpgJe m'installe. Les lumières s'éteignent et sur l'écran geant, la petite bouille d'une gamine aparaît. En gros plan, elle secoue ses longs cheveux blonds. Elle s'amuse avec son frère. Elle a l'innocence de son âge. Dix ans. Elle rit. Elle rit fort. Elle ne sait pas ce sont là ses derniers éclats de rires. Vrais, frais, spontanés et heureux.

elle_sappelait_sarah_photo4.jpeg

On frappe à la porte !

Elle comprend immédiatement ce qu'il se passe. Elle cache son frère dans le placard de sa chambre, lui demande de pas faire de bruit et surtout de lui promettre d'attendre ici son retour. Elle ferme la porte du placard, garde la clé dans sa petite main et fait le serment à double tour de venir le chercher. Bientôt.

Oui, elle reviendra. Mais entre son bientôt-promesse et le jour où la petite clé tournera à nouveau dans la serrure du placard, il y aura eu l'horreur.

La rafle du Ve'l d'Hiv'. Juillet 1942. 

elle_sappelait_sarah_photo3.jpegPuis il y a Julia. Elle est journaliste et doit faire une enquète sur ce drame. Julia est américaine et vit en France depuis une dizaine d'années. Elle a sa vie, sa fille, son mari. Tout semble aller relativement bien dans les hauts et les bas du quotidien de sa vie. Mais Julia suit le cours de ses recherches. Et alors que rien de la prédestinait à la rencontrer, 66 ans après, la petite fille blonde qui garde au creux de sa petite main la clé d'un placard, la clé d'un secret, va entrer dans sa vie. Nous sommes alors en 2009. Son existence va changer. Des vérités vont éclater. Des révélations et des souffrances aussi. Car le temps n'efface rien. Même si on enfouie la mémoire au fond d'un écrin de souffrance. De peur que l'Histoire se répète.

affiche-elle-s-appelait-sarah.jpgAu delà du drâme du Vel' d'Hiv', au delà de ce que le cinéma a déjà exploré et dévoilé sur le sujet, Gilles Paquet-Brenner se sert des pinceaux de la mémoire et de la transmission pour dresser un tableau réaliste et bouleversant où deux destins se rencontrent pour ne jamais se quitter. Parce que ce qui se passe aujourd'hui marquera l'Histoire des années à venir. En espèrant juste que nous retiendrons les erreurs des tragédies de notre passé. Parce que ce que l'on vit en ce moment découle des évènements passés du peuble humain. Qu'on le veuille ou non.

Un film à voir aussi pour l'interprétation, bien sûr, de Krinstin Scott-Thomas, mais aussi de la jeune Mélusine Mayance qui incarne cette petite fille blonde au destin tragique, de façon bouleversante.

J'ai oublié de vous dire que cette petite... elle s'appelait Sarah.

SL380926_GF.jpg

 Film inspiré du roman de Tatiana de Rosnay "Elle s'appelait Sarah" 

- Titire original : "Sarah's key" -

(Editions Libra Diffusio et Le livre de Poche) 

________

 

Je remercie ma Vévé qui saura pourquoi

et je dédie cet article à Dider-Charles J., si jamais il passe par-là...

Repost 0
Published by P'tit Bob - dans Films
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 21:33

Leosfaces09-6-11-7.jpg
1954. Rachel Solando a été enfermée pour être"soignée" dans l'hôpital psychiatrique situé sur Shutter Island. Elle a noyé ses trois enfants mais refuse la vérité et s'est enfermée dans un monde qui la rassure où tout lui semble comme "avant".

Leosfaces09-6-11-10.jpg
Le Marshal Teddy Daniels (Léonardo Di Caprio) et son coéquipier, Chuck Aude (Marck Ruffalo) ont pour mission de se rendre sur cette île pour enquêter dans l'enceinte même de cet hôpital sur l'étrange disparition de Rachel Solando.

Shutter-Island-pic-7.jpg
Un mystérieux indice laissé par la disparue leur apprend qu'il y aurait un patient mystère, le 67ème patient. Ce que nient formellement l'équipe médicale et le spychiatre (Ben Kingsley).

shutterisland09-6-11-25.jpg
Mais que cache ces médecins ? Que ce passe-t-il exactement derrière les grands murs des trois bâtiments de cet hôpital ? Et quel est le secret du phare inaccessible ?

shutterisland09-6-11-19.jpg
Au fil de l'enquête, le Marshal Teddy Daniels se verra confronter à de douleureux souvenirs et sera hanté par d'étranges cauchemards.

Leosfaces09-6-11-4.jpg
L'enquête ne s'avère pas simple bien évidemment, d'autant plus qu'une violente tempête s'abat sur l'ile et empêche le seul ferry qui permet de quitter l'île de naviguer. Le Marshal et son coéquipier sont donc prisonniers de cet environnement où cohabitent d'étranges équipes médicales et de dangeureux psychopathes en quête de soins.

Leosfaces09-6-11-5.jpg
Que se passe-t-il vraiment sur cette île ? Teddy Daniels va-t-il enfin pouvoir exposer à la face du monde les méthodes spéciales du docteur Naehring (Max Von Sydow) ?

Leosfaces09-6-11-6.jpg
Une athmosphère qui nous intérroge. Un Marshal qui nous entraine à la fois dans son enquête et dans l'univers des démons de son passé qui ressurgissent et le hantent.
Et nous tiennent en haleine.

Shutter-Island-pic-11.jpg
Qui est le 67ème patient ?

shutter_island_affiche1.jpg
J'ai bien aimé l'ambiance un peu torturé de ce film ainsi que le suspens déroutant. 
Le jeu des acteurs est excellent et Léonardo Di Caprio exceptionnel.

Je ne vous en dirais pas plus.

Si. Je rajouterais juste que si vous retournez voir ce film une deuxième fois, vous ne verrez plus l'histoire de la même façon. Forcément. 

Allez le voir une première fois : vous comprendrez.

 

Shutter-Island-pic-19.jpg


Un film très efficasse de Martin Scorsese.

La bande annonce dépeint bien l'ambiance du film :

 

Repost 0
Published by P'tit Bob - dans Films
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 06:00

Que dire de ce film ?

Qu’il m’a touché ?
Ce serait une telle évidence et ceux qui me connaissent vraiment diront « ça y est, il recommence ! »
C’est vrai que le sujet qui est évoqué ici est révoltant. Pardon, je devrais plutôt dire que personnellement, il me révolte.
Vous, je ne sais pas… mais je l’espère.


Un « clandestin », le vilain mot à la mode, serait un sous-être humain ? Quelle horreur ! Porter assistance à une personne serait un délit ? Interdit ?

J’ai honte, rien que d’y penser.


Je n’aurais qu’un conseil à donner : avant de tendre la main à une personne, de l’aider, d’ouvrir votre cœur ne serait-ce que le temps d’une pulsion, faites attention : vous êtes en danger. La police et les "balances" de bonnes conscience rodent.

Ou alors demandez-lui ses papiers. On ne sait jamais.
Vous serez alors un bon citoyen.


Mais vaut-il mieux être un simple être qualifié d’humain avec tout ce que cela sous entend ou un bon citoyen ? »



Quand on vit à une période où le gouvernement déclare que « la dénonciation est un devoir républicain », je préfère aller au cinéma voir « Welcome » et imaginez que ce n’est qu’une fiction.


Et pourtant… 


A Calais, Simon, maître nageur, décide d'aider Bilal, jeune kurd émigrant de 17 ans, a atteindre l'Angleterre en traversant la Manche à la nage.

Mais Bilal est, évidemment, clandestin. Donc Simon devient hors la loi.

Je ne vous en dirais pas plus.
Si ce n'est que Vincent Lindon (Simon), Firat Kiryani (Bilal) et tous les acteurs et actrices de ce film sont exceptionnels de naturel. Ils ne jouent pas, ils sont.


La bande annonce - Film "Welcome" de Philippe Lioret
envoyé par billiray75


Si vous avez vu ce film et que le personnage de Bilal vous a touché, n'oubliez pas que ceux qui vous tendent la main pour une pièce de monnaie, un morceau de pain, sont peut-être des Bilal.
Alors prolongez cette émotion cinématographique en sentiment réel, honorable et durable.

Le coeur a ses raisons que la loi ignore.
  

Repost 0
Published by P'tit Bob - dans Films
commenter cet article
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 00:00

Il y a quelques jours, je vous parlais de l’excellent film « Slumdog Millionnaire » et vous le conseillais. Depuis, ce film a été couronné par 8 Oscars.

 

Aujourd’hui, c’est le dernier film de et avec Clint Eastwood que je vous conseille d’aller voir.

L’acteur américain tient là le rôle de Walt Kowalski, vétéran de la guerre de Corée au caractère rigide, impitoyable et raciste.

 

Mais que cache cet aspect de son caractère ?
Quelles raisons le pousse à agir avec haine et discrimination envers le peuple asiatique ?

Il le dévoilera peu à peu lorsqu’il se prendra d’amitié pour Tao, son jeune voisin, un adolescent d’origine Hmong.

 

Je ne vous en dirais pas plus sinon que ce film, où l'on ne s'ennuie pas une minute, m'a touché. Vraiment.

Moi qui habituellement ne vais que très rarement au cinéma, là, en une quinzaine de jours, j’ai eu la chance deux voir de très bon film.

 

Au fait, « Gran Torino » est le nom d’une voiture américaine de la marque Ford.

Pourquoi est-ce aussi le nom de ce film ?

 

Pour le savoir, il ne vous reste qu’à aller le voir : vous ne serez pas déçus.




La bande annonce :


GRAN TORINO - CLINT EASTWOOD - BANDE ANNONCE VF
envoyé par WarnerBrosPicturesFrance
Repost 0
Published by P'tit Bob - dans Films
commenter cet article
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 00:28

Lorsque j’ai appris qu’après avoir été nominé dix fois, ce film avait reçu huit Oscar, j’ai eu un sentiment étrange.

 

Je n’ai pas pensé à l’équipe du film. Ni même à Tev Patel, l’acteur principal qui porte l’histoire sur les épaules.

 

Non.

Immédiatement, j’ai été heureux pour Jamal.

Jamal Malik dont la vie nous est racontée. Comme si cette récompense était la suite méritée de son histoire…

 

Je me suis fait moi-même la fin de son histoire.


Comme pour certains romans qui me marquent, je penserais à Jamal de temps en temps. Je me demanderais ce qu’il est devenu.

Comme s’il n’était pas un personnage de fiction.

 

Parce qu’une partie de lui est en moi. Parce que j’ai été touché par son histoire.

 

Comme s’il me l’avait lui même raconté.

 

Oui, je sais, je suis un peu spécial.

 

Mais c’est moi.

 

Et j’aime bien ça.


Je n'ai trouvé que la bande annonce du film en V.O. mais le film existe aussi en version française.
Repost 0
Published by P'tit Bob - dans Films
commenter cet article
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 00:46

On m'avait conseillé d'aller voir ce film. Comme d'habitude, cela m'avait tenté mais je savais que le temps passerait et que, lorsque je me serais enfin décidé, le film ne serait plus à l'affiche. Je suis ainsi.

Puis un jour, une femme d'origine indienne est venue spécialement me dire que je ne devais pas rater ce film.

Quelques semaines auparavant, nous avions parlé de son pays que j'aimerais tant visiter, elle m'a raconté un peu ses origines, parlé de sa grand-mère qui était de la caste des intouchables...

Deux jours après, les lumières se sont éteintes et je me laissais transporté par ce film.

C'était la semaine dernière et aujourd"hui j'y pense encore.

Pas une seconde le film ne m'a lâché. Pas une minute de répis dans l'histoire de ce jeune homme qui gagne au jeu de la version indienne de "Qui veut gagner des millions".

Et comme un enfant issue des plus horribles bidonvilles de l'Inde ne peut évidemment pas connaître les réponses, il est arrêté par la police, torturé pour qu'il avoue de quelle façon il a triché.

Pour se justifier, il racontera sa vie, vie qui l'aura mener à vivre toutes les réponses aux questions qui lui sera posées pendant le jeu. Et quelle vie !

Dans une Inde colorée de pauvreté, nous vivons les instants de cet enfant, de cet adolescent, de ce jeune homme...  qui gagne une somme colossale mais qui pourtant n'est pas attiré par l'argent. Alors pourquoi a--t-il participé à ce jeu ?

Je ne vous en dirais pas plus.

La seule question que l'on se pose au début du film, et à la fin, est : "Et si tout était écrit ?".

Maktoub ?

Si l'histoire est belle, émouvante, et parfois drôle, les acteurs sont magnifiques, l'Inde envoutante, les images superbes.

Aujourd'hui, je n'attends qu'une seule chose : la sortie de "Slumdog millionnaire" en dvd.

Le film est sorti le 14 janvier, n'attendais pas qu'il ne soit plus à l'affiche. Faites-moi confiance.

Repost 0
Published by P'tit Bob - dans Films
commenter cet article