Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • P'tit Bob
  • Une vie sucrée-salée pour chasser l'amer.
 Un pont entre la France et la Tunisie, pour chasser la mer.
 La recette d'un plat saupoudré d'amour.
 Merci la Vie.
  • Une vie sucrée-salée pour chasser l'amer. Un pont entre la France et la Tunisie, pour chasser la mer. La recette d'un plat saupoudré d'amour. Merci la Vie.

"Bienvenue sur Maktoub"

Menzel Jemil, mon blog

SL380075 (2)Cliquez sur l'image pour y accéder

<a title="mytaste.tn" href="http://www.mytaste.tn/" id="hr-UgYSY"><img src="http://widget.mytaste.tn/blogcounter/image?image=blue_s&blog_id=UgYSY" alt="mytaste.tn" border="0" /></a>

      Cliquer sur les images ci-dessous

     pour accéder aux sites

 

GRAINES D'AVENIR

L'association de Véronique Jannot

pour les enfants tibétains en exil 

   548318 10150982186278662 299420056 n

   A S M A E  

  Association Soeur Emmanuelle

 
 

Oscar

Cookie

14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 00:24

C’est étrange.

J’écarte les ailes et je m’envole. Mes ailes, je les ai voulues blanches. De ce blanc qui fait les murs des maisons et leurs terrasses carrées chauffées de soleil. Quelle sensation agréable de se laisser porter au-dessus des toits de Bizerte jusqu’à ceux de Tunis. Je survole ce pays qui est le mien et ne m’en lasse pas. Je suis un oiseau blanc qui vole entre la mer et le ciel. Je vois la ville d’en haut en rêvant qu’un jour, je serai cet enfant qui court dans les ruelles étroites d’une ville tunisienne. Pour avoir un œil différent et mieux comprendre la vie d’en bas. Mais je ne suis qu’un oiseau…

Alors je vole.

Et je rêve

09022009 15C’est étrange.

Je marche dans les ruelles étroites de cette ville tunisienne. Je caresse les murs blancs des maisons et imagine leurs terrasses carrées et chauffées de soleil. Quelle sensation agréable de se laisser porter dans ce pays que j’aime et qui devient le mien. De Bizerte à Tunis, je ne m’en lasse pas. Je marche sur la terre entre la mer et le soleil. Je vois la ville d’en bas. Mais je ne suis un enfant qui n’a jamais couru dans les ruelles étroites d’une ville tunisienne...

Alors je marche.

Et je rêve.

02022009_13.jpegJe rêve d’une sensation agréable où mes souvenirs d’oiseau blanc d’antan se mêleraient aux souvenirs de l’homme que je suis aujourd’hui. Union de mes souvenirs qui deviendrait des yeux différents pour mieux comprendre pourquoi j’aime ce pays. Vu d’en haut ou vu d’en bas. Vu de loin dans le temps ou vu dans mes aujourd’hui. En attendant, homme-enfant, je cours dans mes ruelles de Bizerte et, oiseau blanc à la fois, j'écarte mes ailes sur les toits de Tunis.

Et je rêve.

C’est étrange. 

Partager cet article

Repost 0
Published by P'tit Bob - dans Une nostalgie arabe
commenter cet article

commentaires

MartineEtoile 17/11/2010 01:41


Pour ma part mon grand, je ne dirai pas "oiseau", je dirais "'ANGE GARDIEN" et oui et tu sais le "pourquoi" à chaque fois que qq chose n'allais pas....tu le ressentais, et pour pour sourire dans la
SERIE DE L'ETRANGE, nous sommes au moins 2 ! dommage qu'il n'y est pas de slyleys, pense au sapin de NOEL mon grand, ne sont pas les illuminés sont que l'on croit !
Gros bisous
MartineEtoile


P'tit Bob 19/11/2010 22:23



Un ange gardien ? Tu n'es pas la première à me dire cela, Martine. Quelque de très cher en Tunisie, et qui me manque, a toujours dit que j'étais son ange gardien.
Mais "oiseau" ou "ange gardien", c'est parfois un peu pareil, non ? Cependant, bien loin de tout cela, je ne suis que moi. Et ça me suffit.  Quant au sapin de Noël... Chut ! C'est entre nous
(sourire). Bisous. Bob



SMIR@NI 14/11/2010 01:53


P'tit Bob,

Vous n'êtes pas un oiseau, ni un enfant, ni un homme mais tout cela à la fois. Vous êtes une créature céleste qui saupoudre de sa poussière d'or nos toits d'ici, pour nous offrir la beauté des
toits d'ailleurs. Une belle échappée intemporelle...

C.S.


P'tit Bob 14/11/2010 11:22



Merci C.S. Je n'approfondirais pas pour ne pas passer pour un être étrange et un peu "dérangé", mais effectivement parfois je me sens homme, parfois enfant (souvent)
et parfois oiseau. En fermant les yeux, je peux voyager, marcher ailleurs, très loin, ou voler encore plus loin. Après est-ce que je saupoudre vos vies de quelque poussière, bonne ou mauvaise, je
ne peux le dire. Je suis ainsi , c'est tout. Et j'aime, surtout. Encore merci car votre commentaire est très beau et touchant. Bob